dissabte, 7 de novembre de 2009

Continuació .....cavallers de les Dunes


Seguim en el dijous 29 d'octubre.
És l'hora de la dutxa i demano a en Roger que expliqui una mica la històriaa del ksar que hem vist.

Le ksar est une petite ville fortifiée dont le but éstait la défense des villageois lors des guerres tribales, fréquesntes dans la région pour la possession de l'eau.

C'est le Pacha Glaoni que a mis fin á ces guerres entre tribus en exerçant son autorité sur tout le Maroc du Sud, à partir des années 1920-1930. La dèrniere: 1932.

Le ksar est composé de murailles d'enceinte et de forme carré avec une tour de guet à chaque angle, avec une seule entrée à trois portes successives, donnat sur une première cour pour recevoir les visitants el les marchants. Ces derniers n'étaient pas autorissés d'aller plus loin dans le kasar. Le rôle défensif du ksar étant révolu, nous avons étés invités à la visite d'une des maison à l'intérieur du ksar. Les ruelles pour nous y rendre sont volontairement décalées pour permetre aux femmes de sortir après leur travail papoter avec leurs voisines sans étre vue des ruelles perpendiculaires.


L'entrée dans la maison débouche sur un patio comportant un pyut de lumière que éclaire et aère le rez-de-chaussée et l'étage une pièce sur la droite et prévue pour les invités et celle de gauche est réservé à la famille. Le rex-de-chaussé sert principalment à recevori. Le lieu de vie se trouve à l'étage. On y accède par un escalier en terre battue (identique à tant le reste de la construction) armé de bois de palmier ou de tamaris. Le sol de l'étage est de terre battue sur pautres de palmier. Depuis l'inoccupation de ces maisons vers 1960, des problèmes de termites sont visibles ça et là.
A l'étage on trouve:

- le forn à pain

- un foyer pur couisiner. Les utensiles sont en terre cuite; on a pu voir une jarre pour conserver les dattes en les pressant par couches successives avec un peu de sel et de lumin. Ainsi préparée, on pouvait les conserver jusqu'à 5 ans. (Pour les années de sècheresse).

- un pilou permettait d'écraser le blé dur pour en faire de la semoule à couscous.

- une meule servait à faire la farine pour le pain.

- l'eau était conservée (a lours terme) dans une outre en peau de chèvre.

- une série de clés en bois permettati de condamner les portes.

- une petite fenêtre, décalée par rapport à la porte d'entrée, appelée "mouchard à boie", permettait à la femme de voir sans être vue qui frappait à la porte. LA façon de frapper indiquait s'il s'agissait d'un homme ou d'une femme...

Malauradament a en Roger li va tocar anar a la dutxa i no va poder acabar el relat....



És el torn de Quiterie:

Alicia cette année je suis avec toi à l'arrière du groupe, il faut savoir que les personnes en fin de groupe sont les vrais nomades !! Ceux devant sont des vrais touristes!! Pas de sable sur eux, pas de foulards pour se proteger du solei!!


Un petit truc à retenir pour l'année prochaine: petit trot + petit galop = ha ha ha = grand ______________galop ---HOUHOUAAA _______________


Mais surtout il ne faut pas oublier de respirer au galop e de profiter......

Luc:

Ceux que sont devant sont des Bons Cavaliers...ils surfent sur la dune et ne déplacent pas de sable....
Ceux qui sont derrière ("les vrais nomades") parlent tellement qu'ils brassent de l'air done déplacent du sable...


Dissabte 31 d'octubre de 2009. Dinar.

El divendres em vaig posar molt malalta de la panxa, i la Julie també. Al matí vam montar dues hores, com vam poder, i a la tarda, amb la calor que feia, no ens podiem ni moure. L'Abdú va esperar fins a última hora per començar a montar, perque feia molta calor en el desert.

Mentre esperàvem que passés el temps, va arribar un grup d'italians en bici que van ocupar l'àcacia (la única acàcia) que hi havia al costat del camí, on eren la Julie i la Quiterie descansant.



Quan va ser l'hora de montar, jo no me'n veia amb cor, sort que la Julie tampoc i va demanar anar en el camió. Així que em vaig apuntar.

El cuiner va haver d'anar a darrera i el sòfer no va dir res en tota l'estona, quasi una hora i mitja, que vam travessar el desert.

Quan vam arribar, després de descansar una mica, quan van descarregar el camió, vam montar una tenda i ens hi vam ficar a dins. Fins avui, dissabte, no ens hem enterat de res.
Sé, però, per l'Antoinette, que van arribar a la llum de la Lluna plena....




Dissabte al matí estàvem com noves i vam fer unes 6 hores seguides de cavall. Vam arribar al djebel Beni i el vam atravessar i, després una planura desèrtica infinita on vam fer uns quans galops, alguns molt ràpids, altres no tant.

L'excursió s'ha acabat sense problemes i amb un bon gust de boca, gust a sorra....






Dissabte, arribada a l'Hotel de les 1000 i una nits

Després de 8h d'autobús que ens van acabar de rematar, sense res més remarcable que la parada al restaurant per sopar ràpidament, ens vam instal.lar a l'hotel de Marraqueix. Ens vam despedir de la meitat de la gent que se'n va al matí, a primera hora, i els altres ens quedem a Marraqueix de compres.

Dutxa demà. No quedaven forces per res més.


Diumenge, 1 de novembre. TOTS SANTS

Compres a Marraqueix. Al matí amb Michel 2, i a la tarda només Julie, Antoinnette, Hannes, l'enfant terrible, et moi.

Vam dinar en un xiringuitu de la plaça Jema El Fna, d'aquests que al final penses: què demonis estàs fent dinant en un lloc tant terrible, i sense cervesa!!!. Després un té-cafè al cafè de Paris, en la mateixa plaça.

En Hannes va anar a fer la siesta i naltros tres vam continuar les compres: harisssa, xil.labes, coses inútils...babutxes....

Quan es va fer fosc, emmig del zoc, ha marxat el llum. Fantàstic. Han sortit espelmes i mòbils per il.luminar les mercaderies. He comprat la xil.laba de l'Ot a les enfosques. Genial.

Quan vam retrobar en Hannes vam llogar una calesa per fer un volt i tornar al Caspien, ja que al matí ens van fer canviar d'hotel. Vam sopar un xavarma al boulebard del costat de l'hotel Xavarma bizarre. Sense cervesa. Quin país!!


Dilluns, 2 de novembre de 2009

Són la una i dos quarts i ja portem mitja hora de retard en l'aereoport. Ja hem menjar i estem esperant l'embarcament, que hauria de ser ara mateix, però no ens criden. La tornada s'està fent llarga.

Molts records d'aquests dies venen a la ment. Petites anècdotes dels cavalls i de les persones del grup. Hem fet 160 km entre Tinfou i Zagora. Desert. Acàcies parasol. Una tarda perduda.

Màgia de les dunes. Els Reis de l'Orient. El mar de sorra. De cop i volta, com el nostre mar, s'acaben.





2 comentaris:

  1. el comentario que hize ayer
    sigue en pie.....bravo alicia
    ccomo haces todo esto ????? el video de las dunas..genial...es como volver alla ...falta el olor del caballo enetro...ya !!ya!!!

    ResponElimina
  2. ja ja ja !! Gracias Antoinette!! Ya decia yo que faltava algo......

    ResponElimina

Potser teniu alguna cosa a dir:

LES ENTRADES MÉS VISITADES DURANT LA SETMANA:

Les entrades més visitades

Trashumància 2011


Posidonia oceanica, la reina del Mediterrani

Avistament dofins llistat. Palafrugell maig 2011